Search
  • Enola S. Cluzeau

12 juin - Du moyen au long !


Depuis le début de ce projet Zenit, qui était prévu pour un être un moyen-métrage (50min) et devait servir pour promouvoir le long « Interstice(s), je sentais qu’il y avait un truc de bancal, un truc qui n’allait pas. Visiblement je n’étais pas seul, plusieurs des participants : techniciens, comédiens m’ont fait part de leurs doutes, de leurs avis, de leurs positions, au point, pour certain, de ne pas/plus vouloir se lancer dans l’aventure. Pensant être un garçon intelligent, j’ai écouté ces avis et critiques, j’ai réfléchi. D’autres part d’autres évènements liés à ce projet : désistement d’une comédienne, d’une technicienne et d’autres soucis et surtout scepticisme de certains financiers (partenaires ou investisseurs), moins convaincus s’agissant d’un court ou moyen, qu’un long pour leurs investissements. Tout ça m’a fait remettre en question le bien-fondé de ce projet. Je sentais qu’il fallait que je le reprenne, sinon j’allais droit dans le mur. Je ne pouvais moralement et artistiquement pas l’arrêter. Que faire ? C’était surtout deux points qui me travaillaient profondément depuis le début, me mettant mal à l’aise. Le fait que je ne voulais plus me prendre la tête et être pris en otage par un projet comme ce fut le cas auparavant et me mettre de la pression inutile. Et surtout que je ne veux plus faire travailler quiconque sans rémunération !!!

Après quelques jours de réflexion, j’ai pris des décisions :

1) Zenit allait devenir un long-métrage, qui sortira (si tout va bien) en salle fin 2020.

2) Chaque jour de tournage serait rémunéré d’un cachet IDS de 100€/brut., un peu plus que le SMIC horaire + si cela est possible une participation au résultat des entrées en salle, (a voir comment mettre en place cela légalement).

3) Pour pouvoir financer ces cachets et les frais du film, je veux me laisser le temps de trouver l’argent au fur et à mesure plutôt qu’en une seule fois, beaucoup plus difficile et stressant pour moi. Le tournage qui durera environ une trentaine de jours sera étalé sur 10 mois, de septembre 2019 à juin 2020. Le 20 juin devant être (je l’espère) le tournage de la dernière séquence.

J’imaginais de suite les questions qui allait mettre posées :

1) Pourquoi ne pas faire directement « Interstice(s) » vu que « Zenit » était censé le vendre.

« Interstice(s) » est vraiment un film complexe, plus long, plus onéreux qui demande plus de temps. D’autre part « Zenit » est déjà bien engagé, et finalement avec les séquences que je vais lui adjoindre (souvent celles que j’avais enlevées), me plait énormément et il est beaucoup moins compliqué à produire, donc demande moins d’argent que « Interstice(s) », finalement plus simple à réaliser.

2) Niveau planning, est-ce que ça ne va pas être compliqué ?

Non. Premièrement j’ai fonctionné ainsi avec mon précédent long « Sur l’Océane » donc je maîtrise. D’autres réalisateurs « modestes », ont fait des longs comme ceci (Roy Anderson…).

L’idée et que, dès que j’ai l’argent pour les cachets d’une ou plusieurs séquences, je propose le nombre de date nécessaire, je bloque et il n’y a plus qu’à tourner. Le fait de rémunérer les participants me garantit leur participation.

Pour Zenit (version long), j’ai déjà des idées pour l’écrire. L’idées n’est pas d’étirer le moyen, non, mais plutôt de le complexifier et d’ajouter au début une première enquête de la brigade crim’ pour en présenter ses membres. Au totale une soixantaine de séquences seront écrites.

Une nouvelle aventure débute !

1 view0 comments

Recent Posts

See All